Mauvais jours

Depuis des années, chaque mois d’octobre nous ramenait, nous autres, producteurs locaux, dans la ferme de Michel et Bernadette Renault, à Arnage, pour un grand marché fermier qui était l’occasion de valoriser nos produits, d’une part, mais aussi de tisser des liens entre nous. D’année en année, les Renault avaient montré une infaillible énergie pour organiser cet événement. Sans le connaître vraiment, je sais que Michel s’est beaucoup impliqué dans des structures comme «Terres en villes» et beaucoup d’autres.

Michel est mort samedi. Je suis très peiné par cette disparition brutale. C’était un homme authentiquement généreux, toujours mesuré dans ses propos, capable d’une véritable écoute. Il n’est pas totalement parti, puisqu’il reste pour nous une façon d’être exemplaire. Merci Michel.

Mes pensées vont à Bernadette, à ses enfants et à leurs proches.

 

Plus loin du Mans, et moins désespérant, un autre paysan mobilise mes pensées: Thibaut Liger-Belair, viticulteur bio à Beaune, est jugé aujourd’hui par un tribunal correctionnel pour refus d’utilisation des pesticides dans le traitement de ses vignes. Il encourt 6 mois de prison et jusqu’à 30 000 euros d’amende parce qu’il se bat pour protéger l’environnement et, concrètement, entre autres, pour protéger nos chères abeilles !! Loin d’être un délinquant, c’est une sorte de héros à mes yeux, qui mérite notre soutien comme tous les viticulteurs et agriculteurs biologiques qui refusent l’emploi de produits chimiques pour lutter contre les parasites, alors même que ces produits sont reconnus toxiques pour la faune comme pour l’être humain, pour la santé de leurs utilisateurs comme pour celles des consommateurs.

Rappelons au passage que la manière la plus sûre de lutter contre les parasites est de préserver la biodiversité : le respect des équilibres naturels est en effet le moyen le plus fiable de limiter la prolifération de certains insectes.

Michel Meunier, le 19 mai 2015

Publicités