Respirons… mais pas trop

Le week-end du vendredi 7 au dimanche 9 mars, les produits Maison des Abeilles – et l’apiculteur 😉 – étaient présents sur le stand du GAB au Salon Bio RESPIRE LA VIE, à la Rotonde des Expositions.

La conjonction des vacances scolaires (le salon tombait exactement au milieu des deux semaines de vacances du primaire et du secondaire…) et du temps magnifique enfin arrivé au sortir de ce long hiver si humide et si gris… a fait de cette édition 2014 du Salon Respire une petite édition, avec moins de fréquentation et moins d’activité qu’à l’habitude. Et pourtant de nombreux exposants de qualité étaient là, offrant conseils, astuces et produits pour avancer vers une vie plus harmonieuse et respectueuse de notre environnement. Conférences, ateliers d’initiation et bien sûr défilé de mode éthique et solidaire ont ponctué les journées. De l’avis des visiteurs, ça valait la peine de venir !
MERCI à tous ceux et toutes celles d’entre vous qui nous ont fait le plaisir d’une visite.
Et tous ceux qui n’ont pas pu venir faire le plein de pains d’épices à cette occasion se souviennent qu’ils peuvent désormais les trouver à la boutique Artmonde, rue de la Juiverie au Mans.

Ironie du sort : après « respire la vie » (le très beau titre du salon) il faudrait écrire aujourd’hui « ne respirez plus » ! En effet, depuis plusieurs jours, il fait beau, grand soleil et pas de vent. Alors se produit le classique phénomène d’inversion de températures entre le sol plus froid et l’atmosphère qui se réchauffe. Les polluants se trouvent piégés sous un « couvercle » d’air chaud…, et automatiquement la qualité de l’air que nous respirons se dégrade. Comme toute la région, la Sarthe est touchée.
Il va sans dire que ce beau temps sec n’est évidemment pas la cause de cet empoisonnement. C’est l’addition de nos comportements individuels qui en est l’origine : les particules fines proviennent notamment du trafic routier (moteurs diesels).
Le chemin à parcourir, collectivement, vers un mode de vie « sage » est encore bien long…

Michel Meunier,
le 11 mars 2014